Assurance conduite accompagnée : tout savoir

La conduite accompagnée permet aux jeunes d’avoir plus d’expériences au volant en compagnie d’un adulte. Cette formule procure au futur conducteur un apprentissage progressif et une découverte de la route en toute sérénité. Présentant de nombreux avantages, elle requiert, néanmoins, une bonne assurance conduite accompagnée pour une prise de route plus sécurisée.

Le concept de la conduite accompagnée

La conduite accompagnée ou l’apprentissage anticipé de la conduite est une formation permettant à tout adolescent âgé de 15 ans et plus d’accumuler de l’expérience. L’accompagnateur doit être un adulte titulaire d’un permis de conduire datant d’au moins 5 ans et se doit d’obtenir à l’avance l’accord de l’assureur de l’automobile.

La formation se déroule en trois étapes :

  • un cours en auto-école de conduite d’au moins 20 h avec un moniteur et un apprentissage du Code de la route, dans le but d’obtenir une attestation de fin de formation.
  • Une conduite accompagnée d’un adulte sur 3000 km.
  • Un suivi avec des rendez-vous pédagogiques pour juger l’aptitude de l’apprenti à passer son permis dès l’âge de 17 ans et demi.

Toutefois, la conduite accompagnée peut être aussi une conduite supervisée, autorisée aux 18 ans et plus, ou une conduite encadrée, pour les 16 ans révolus préparant un BEP ou un CAP de conducteur routier.

L’assurance conduite accompagnée

Les risques de la conduite sont réels à partir du moment où le jeune apprenti se retrouve au volant d’un véhicule, raison pour laquelle une assurance conduite accompagnée est nécessaire.

Si l’accompagnateur utilise sa propre voiture, il doit impérativement demander une extension de garantie auprès de son assureur. Ce dernier peut lui demander des renseignements ou pièces justificatives, comme le contrat avec l’auto-école ou encore l’attestation justifiant la fin de la formation initiale. Il est d’ailleurs fortement conseillé de prévenir l’assureur dès l’inscription de l’apprenti à l’auto-école.

Néanmoins, l’accompagnateur subira les conséquences, sous forme de retrait de point sur son permis ou de malus, en cas d’accident ou infraction commis par l’apprenti.

Sachez aussi que l’assureur est en droit de refuser l’accord d’extension de garantie de l’assurance en assurance conduite accompagnée dans le cas où l’accompagnateur aurait été condamné pour délits routiers ou que la conduite de l’apprenti présente un risque trop élevé.

Les bénéfices de la conduite accompagnée en assurance auto

Après la fin de la conduite accompagnée et l’obtention d’un permis de conduire, le jeune conducteur bénéficiera de quelques réductions et avantages tarifaires.

Au lieu de 100 % sur la cotisation de base, la surprime demandée est considérablement réduite à 50 % maximum. Cette dernière sera allégée de 25 % maximum si l’assuré n’a causé aucun accident durant sa première année d’assurance. À la troisième année d’assurance, la surprime est totalement supprimée.

Notez, cependant, que certaines compagnies d’assurance accordent leurs garanties aux conducteurs novices sans pour autant appliquer cette surprime. Aussi, ces dispositions tarifaires ne s’appliquent pas à ceux ayant pratiqué une conduite supervisée ou une conduite encadrée.

Jeune conducteur ou conducteur secondaire : quelle est la meilleure solution d’assurance ?
Assurance auto pas chère : comment économiser sans risques ?